UN PETIT COUP D’OEIL SUR L’HISTOIRE ARMENIENNE

 
Même la race et les territoires où les Arméniens se trouvent sont à discuter. Depuis leur exsistence les Arméniens ont touiours vêcu sous l”administration d”autres états et ont travaillé pour les états auxquels ils étaient attachés.
Dans les ressources encyclopédique, la région de Nako Nakhitchevan, Erivan, Gökcegöl, La Riviere Rumiye est appelée Armenia qui signifie “Haut Pays” et le peuple qui y vit est appelé Arménien.Une partie des historiens Arméniens affirment qu’ils sont des Hittites qui vivaient en Syrie du Nord et dans la région appelée Kilikya, au 6 e siècle avant Jesus Christ et d’autres qu’ils viennent de Hayk, un des fils de Noé. D’une autre part on ne sait pas dans quelle partie de le région vit précisément le peuple appelé aujourd’hui, Arménien et qui s’est aménagé dans la région appelée Arménie, ni leur taux par rapport aux autres peuples vivant dans la même région. Oxumağa davam et
Advertisements

Mart soyqırımı ilə bağlı fransızca icmal

31 mars – Le jour de genocide des azerbaidjanais du monde L’histoire de la politique de genocide des chauvinistes militaires
armeniens contre les Azerbaidjanais a plus de dix ans. Le but de cette politique etait d’expulser les azerbaidjanais de leur terre
natale, de creer un etat mythique «Grande Armenie». Pour realiser ce plan lequel dans certains periodes de l’histoire convenaient aux
plans des certains etats leaders, on a effectue consecutivement des mesures de caractere ideologiques, militaire et organisatrices.
L’histoire de notre peuple avait etait deformee brutalement, dans le but d’approprier nos toponymes, monuments historiques les historiens
et ideologistes armeniens ont men
й efforts constants. La politiques de gй
nocide que continuaient lors des decennies avait etait
accompagnee par l’agression totale ideologique, la terreur, m
к
me dans certains periode de l’histoire par des actions militaires de pleine
echelle. Oxumağa davam et

Mars 31 – Jour de GÉnocide

Depuis 1998, la République de l’Azerbaïdjan a noté au niveau de l’Etat le 31 mars comme une journée du génocide des Azerbaïdjanais. C’est là une manifestation du peuple de la mémoire des événements tragiques de l’histoire de l’Azerbaïdjan, le peuple azerbaïdjanais dans le dernier siècle. Les faits révoltants des massacres, la répression, l’expulsion de leurs terres natales Azerbaïdjanais peut être considérée comme l’une des pages tragiques du vingtième siècle, l’histoire du monde. Dans cette histoire tragique du peuple azerbaïdjanais est clairement trace de l’arménien chauvinisme, délirante idée d’une “Grande Arménie”, et non brezguyuschego tous les moyens et actions pour atteindre cet objectif. Oxumağa davam et

Vraiment….pourquoi ?

« Pourquoi personne ne nous aime ?». Cette question est posée par Charles Aznavour, le célèbre chanteur français d’origine arménienne, dans le film « Ararat» réalisé par les arméniens.

Malgré son retard, c’est une question juste. Il serait grand temps de la poser. Mais il y’a un contenu inconnu dans l’intonation de cette question : à qui cette question est –elle adressée- au peuple qu’il appartient, ou bien au représentant des autres nationalités qui les observent et qui ne les aiment pas ? Je ne suis pas au courant si quelqu’un a répondu à la question de Monsieur Aznavour. Mais comme je connais les arméniens un peu, je suis sûr que tout les monde répondra à cette question de la même manière : personne ne vous aimera jusqu’à ce que vous vous présenterez comme un peuple pauvre, que vous verrez toutes les choses comme une silhouette arménienne, et que vous attaquerez en tenant le bas des autres. Oxumağa davam et

31 Mars est connue comme la Journée du génocide des Azerbaïdjanais

En Azerbaïdjan, le 31 Mars est connue comme la Journée du génocide des Azerbaïdjanais, se référant aux événements tragiques qui ont commencé le 30 mars 1918, et s’est poursuivie jusqu’au 1 er avril.

Il est largement reconnu que le 20ème siècle est le plus violent, vicieux et turbulente 100 ans d’histoire, en effet connu comme le siècle des génocides.

Il a été estimé que près de 200 millions de personnes sont mortes à cause de l’inhumanité des hommes les uns envers les autres. Le mot «génocide», inventé qu’après la Seconde Guerre mondiale, n’a jamais entré dans notre vocabulaire quotidien, à donner la définition juridique des pires crimes contre l’humanité, de massacres, de massacres et de nettoyage ethnique. Certes, le génocide représente une politique, une campagne menée contre un groupe de personnes sur une période de temps et composé de autrement apparemment isolé massacres et des effusions de sang.

Oxumağa davam et